Il était une fois Mende : de places en places

L’exposé il était une fois Mende, de place en place est la suite logique d’une précédente intervention  dans laquelle il était question des remparts dont l’emprise servit à nos boulevards actuels. Les places d’une cité sont très liées à son histoire, elles évoluent dans le temps et participent grandement à la vie urbaine. C’est donc l’évolution des 12 places de Mende dont il est question, mais compte tenu du nombre important de documents les concernant, la présentation sera fractionnée en deux parties, voici la première.

Elle concerne les places du Foirail, du Griffon, Chaptal, Urbain V, René Estoup, au Beurre et du Mazel. Pour chaque place, c’est un document, extrait d’une carte intra-muros de la ville datant de 1789 qui ouvre l’étude. Ainsi les anciens noms de places, rues ou édifices emblématiques sont signalés dans le contexte de l’époque, à l’exception du Foirail qui était extra-muros. Pour chaque lieu, c’est un rappel du contexte architectural, commercial, parfois historique, qui fut abordé et aussi le souvenir des manifestions diverses sportives, festives, économiques ou religieuses, bref la vie de la ville depuis le début du siècle dernier jusqu’à nos jours. Ce fut l’occasion de se souvenir d’une corrida sur le Foirail, de l’ancien jardin public d’Émile Joly, un temps transformé en zoo, pour n’être actuellement qu’un vague souvenir, des déplacements successifs de la statue d’Urbain V sur la place éponyme ou encore des anciens pans de la ville à partir de la place René Estoup, ou des marchés animés de la place au Beurre. Sans oublier les souvenirs de l’ancien lycée technique de la place du Mazel. Bien évidemment certaines figures emblématiques de commerçants n’ont pas été oubliées dans cette présentation. Jean Marie Gazagne nous a fait voyager dans le temps et nous proposera la suite prochainement.

 

IMG_0520.jpg             IMG_0521.jpg